De l’excellence en zone blanche

À l’origine, nos sites se trouvaient dans des zones mal desservies, en bout de ligne, loin des nœuds de raccordement ADSL et non éligibles à la fibre”, se souvient Frédéric Desemery, le responsable informatique d’ADF. Or, la holding aux six sociétés du secteur industriel a besoin de renforcer les échanges et la communication entre ses sept sites. Un besoin d’autant plus important que le groupe a opté pour une infrastructure informatique “on premises”. Applications métiers, sites web, antivirus… tous doivent être hébergés sur le site principal d’ADF. “Ce type d’infrastructure nécessite une connexion performante avec un haut taux de disponibilité”, précise le responsable.

La holding française fait alors appel à Alsatis Entreprises. “Immédiatement, ses experts sont venus sur place pour évaluer les solutions possibles”, relate Frédéric Desemery. Après une étude approfondie, les équipes d’ADF et d’Alsatis optent pour un lien principal hertzien (radio) accompagné d’un lien de secours satellite. Résultat : 20 mbits/s symétriques et garantis avec une GTR (Garantie de Temps de Rétablissement) de 8 heures. Après le site principal, ce sont tous les sites d’ADF qui sont progressivement équipés de cette solution.

Mais une infrastructure télécoms se doit d’évoluer. “Lorsque nous nous sommes retrouvés éligibles à la fibre optique, Alsatis nous a aidé à basculer vers un lien principal fibre tout en gardant le lien hertzien en backup”, explique le responsable informatique.

 

Favoriser la collaboration et propulser le développement international

Avec un tel dispositif, la holding renforce les échanges et la collaboration entre les quelque 150 salariés. ADF met ainsi en place un service de visioconférence pour son site américain du New Jersey, réduisant les coûts liés aux déplacements des commerciaux.

Mais les économies engendrées par le nouveau dispositif ne s’arrêtent pas là. “Par le passé, nos sites web étaient hébergés par un prestataire. Grâce à la performance de notre réseau, nous pouvons désormais les internaliser. Nous avons ainsi économisé plus de 2 000 euros par an !” se réjouit Frédéric Desemery.

Pour aller encore plus loin dans l’excellence de son réseau, ADF mise désormais sur la téléphonie IP : “Nous commençons avec Alsatis une phase de tests pour notre site de Normandie. Les premiers retours sont très positifs et nous allons sans doute déployer la téléphonie IP sur tous nos autres sites, dans les années à venir”, anticipe le responsable informatique d’ADF.