Téléprésence et télésanté

#Internet et réseaux 06/05/2015

Une idée simple : mettre la téléprésence au service de la santé. Un exemple simple : permettre à des médecins, plus spécifiquement des spécialistes, d’effectuer des consultations à distance, et ce sans limite théorique de distance entre eux et leurs patients.

Les besoins existent déjà, les réponses aussi, et seul un manque d’habitude et d’implantation des systèmes ralentit l’essor de la télésanté/téléconsultation. On notera que la téléconsultation vise en priorité des personnes malades ou très âgées, ces dernières étant forcément peu sensibilisées aux évolutions technologiques. C’est donc aux collectivités, en association avec les opérateurs et constructeurs de mettre en place les structures nécessaires. La fracture numérique est donc superposée à une fracture de santé, qui met en évidence les vides territoriaux en terme d’accès à internet, comme d’accès aux soins médicaux.

À la fois une valeur médicale et médico-sociale.

Un adolescent texan, atteint d’une défaillance du système immunitaire qui lui interdit une scolarité normale, peut suivre des cours, voir et entendre, mais aussi être vu et entendu grâce à un avatar robotique minimaliste. Une application concrète de la fonction téléprésence à un besoin réel.

D’un point de vue économique, le marché de la e-santé devrait passer de 14,2 milliards d’euros en 2008 à 15,6 milliards en 2012.